Écrit par 9h39 Autres

Comment lutter contre la pollution atmosphérique ?

Comment lutter contre la pollution atmosphérique ?

Aujourd’hui, l’environnement est l’une des préoccupations principales des populations, soucieuses de laisser une planète respirable aux prochaines générations. Les émissions de polluants se dégageant sous forme de gaz ou de particules fines dans l’atmosphère, provoquent de nombreux problèmes de santé et environnementaux.

Comment réduire son impact environnemental ? Quelles mesures ont été prises pour réduire la pollution de l’air ? Voici quelques éléments de réponses sur l’un des enjeux majeurs de notre temps qui résultent souvent d’un mauvais entretien de nos véhicules vieillissants.

Comment la pollution de l’air se forme-t-elle ?

Si la qualité de l’air s’est améliorée au cours des vingt dernières années, certaines villes de France atteignent encore les valeurs limites. La pollution de l’air se forme à l’issue de phénomènes naturels tels que les éruptions volcaniques ou les incendies de forêt, mais provient surtout de l’activité humaine à travers l’agriculture, les transports ou le chauffage. Résultent de ces activités, des gaz ou des particules fines rejetés dans l’atmosphère, responsables de la pollution de l’air.

À noter que d’autres polluants peuvent se former suite à des réactions chimiques, obtenues lorsque ces gaz et particules sont soumis à certaines conditions météorologiques (humidité, chaleur, lumière). Avec le vent, les substances sont parfois transportées à des milliers de kilomètres de la source d’émission initiale.

Ainsi, il existe deux types de polluants atmosphériques :

  • Les polluants primaires, directement rejetés dans l’atmosphère. Elles proviennent majoritairement des transports et de l’agriculture (épandage), mais peuvent être d’origine naturelle avec l’érosion sols ou les incendies de forêt.
  • Les polluants secondaires, issus d’une transformation chimique impliquant le dioxyde de soufre, les oxydes d’azote, les composés organiques volatiles et les particules primaires.

Pollution de l’air : les effets sur la santé et l’environnement

La pollution atmosphérique a des effets néfastes sur l’environnement. Elle touche :

  • Les bâtis : les matériaux que l’on utilise pour les façades (ciment, verre, pierre, etc) se détériorent à cause de la pollution présente dans l’air. En résulte de la corrosion, des salissures et des noirceurs s’imprégnant des bâtiments.
  • Les écosystèmes : certains polluants contaminent les sols et touchent ainsi l’équilibre chimique des végétaux.
  • Les cultures : l’ozone peut provoquer une baisse de rendement allant jusqu’à 20 % lorsqu’il est présent en trop grande quantité dans l’atmosphère.

Outre l’aspect environnemental, la pollution de l’air a des effets néfastes sur notre santé à court et à long terme. Bien entendu, les personnes les plus vulnérables à la pollution de l’air restent les nourrissons, les femmes enceintes, les personnes de plus de 65 ans et toutes celles souffrant de pathologies cardiaques. Certaines maladies, telles que le diabète, sont par ailleurs amplifiées lorsqu’elles rentrent en contact avec les particules fines présentes dans l’air. La pollution atmosphérique est notamment responsable d’un coût annuel total de 100 milliards d’euros, dont la majeure partie des coûts est liée à la santé, et des allergies respiratoires liées aux pollens, touchant 30 % de la population adulte et 20 % des enfants.

pollution voiture

Les mesures et gestes pour réduire la pollution atmosphérique

Pour réduire la pollution atmosphérique, le gouvernement a mis en place la vignette Crit’air, destinée à établir l’impact environnemental de chaque véhicule. Chaque automobiliste peut faire sa vignette pollution en ligne en quelques minutes, en déclarant tout simplement l’immatriculation de son véhicule. Suivant les conditions atmosphériques de la ville, les autorités auront la possibilité d’interdire à certains automobilistes de circuler. Le classement Crit’air se fait selon cinq paliers, du moins polluant au plus nocif pour l’environnement. À noter que les certificats 4 et 5 sont souvent les plus ciblés par les annonces préfectorales.

Outre les mesures gouvernementales, la population a de nombreux moyens d’action pour éviter un taux trop élevé de pollution atmosphérique. À savoir :

  • Modifier ses solutions de chauffage : il est important d’isoler son logement et de changer son chauffage au fioul pour des appareils plus écologiques. Certaines aides de l’État permettent de donner le financement nécessaire aux particuliers pour ce type de travaux.
  • Changer de moyens de transports : privilégier la marche, le vélo ou les transports en commun peut permettre de réduire considérablement la pollution atmosphérique.
  • Valoriser ses déchets verts : il est interdit de brûler ses déchets vers à l’air libre. Pour en venir à bout, il convient d’utiliser le compostage, le paillage ou la collecte sélective.
Fermer