Comment vendre sa voiture d’occasion dans les règles de l’art

Si se séparer d’un véhicule ayant fidèlement servi est parfois un crève-cœur, il est relativement aisé de vendre une voiture d’occasion. À condition de savoir comment vous y prendre, vous serez en mesure de passer à la vitesse supérieure pour vous débarrasser de cet encombrant compagnon de route.

Comment réussir la vente de sa voiture d’occasion

De multiples facteurs doivent être considérés au moment de se lancer dans la vente de son véhicule. Bien plus que vos capacités de négociation, ce seront les qualités de votre voiture d’occasion qui feront la différence par rapport à d’autres vendeurs présents sur le marché.

Avoir le contrôle technique

Disposer d’un contrôle technique valide inspire confiance à un potentiel acheteur, aussi se révèle-t-il souvent pertinent de le passer et d’effectuer les réparations conseillées par les garages. C’est un gage de sécurité et de fiabilité auquel tout un chacun est sensible, qui vous donnera plus de possibilités de certifier la qualité de votre voiture d’occasion. Qui plus est, cela vous permettra de négocier un prix plus élevé que dans le cas d’un véhicule qui en serait dépourvu.

Au cas où votre véhicule ne disposerait pas du contrôle technique, il vous faudra convaincre de la fiabilité de votre engin au moment de la vente. Il est couramment admis qu’un contrôle technique non valide dans un délai de 6 mois après son expiration n’est pas forcément rédhibitoire, néanmoins, au-delà de ce délai, vos chances s’amenuisent.

Appliquer le juste prix

Le marché de l’occasion est compétitif, et la valeur d’un véhicule dépend aussi bien de son état mécanique général que de l’appréciation du modèle concerné auprès des professionnels et des particuliers. Pour connaître le tarif d’une voiture d’occasion, le premier réflexe de chacun devrait être de consulter l’Argus, référence absolue en la matière. Le prix d’achat et de vente recommandé désigne dans ce cas des véhicules en bon état de marche. Il est illusoire de chercher à dépasser ce montant : au-dessus de celui-ci, les acheteurs crieront à l’escroquerie.

Si votre véhicule fonctionne mais souffre de quelques défauts, il faudra abaisser vos prétentions en dessous du prix de l’Argus en proportion de leur importance. Considérez que l’écart entre le prix de vente et le tarif conseillé sera le reflet, aux yeux d’un acheteur, de l’état global de la voiture. Consultez également les sites de petites annonces pour cerner le prix moyen du modèle concerné : vous aurez alors une bonne idée de l’offre que vous pouvez proposer.

Rendre son annonce visible

Toutes les méthodes sont valables pour faire savoir que votre voiture d’occasion est mise à la vente. Accrocher une feuille avec vos coordonnées à la vitre, se servir des réseaux sociaux, mettre l’annonce sur les différents sites web de petites annonces, en parler au travail ou au sein de la famille pour lancer le bouche-à-oreille, utiliser les espaces dédiés dans les commerces de proximité… Les options ne manquent pas, à vous d’être imaginatif !

Comment vendre une voiture en panne et non roulante

Le cas des véhicules incapables de prendre la route est épineux pour leurs propriétaires, car a priori les acheteurs ne sont pas légions sur le marché de l’occasion. Faute d’avoir résolu les nuisances et problèmes mécaniques en temps et en heure, la voiture non roulante devient ainsi un poids mort dont ils ne savent plus que faire. Or, fort heureusement, des solutions existent pour remédier à cet encombrant souci.

Vendre son véhicule à une société d’export

Le rachat de voitures en panne ou de voitures non roulantes est un secteur d’activité dynamique, relativement méconnu. Souvent évoqué au détour des conversations, rarement cerné de façon claire, il a cependant le mérite d’offrir une option viable aux conducteurs.

Le principe est simple et efficace. Les sociétés d’export achètent des voitures hors service à leurs propriétaires (qu’il s’agisse d’entreprises ou de particuliers), puis elles les exportent et les revendent à des concessionnaires d’autres pays. C’est ainsi que de nombreux véhicules anciens trouvent une seconde vie en Europe de l’Est ou en Afrique.

Au cas où ce type de revente de voiture vous tenterait, nous recommandons de lire avec attention les conditions d’achat proposées dans le contrat.

Revendre une voiture hors service à un particulier

Ne nous leurrons pas, il demeure très difficile de dénicher une personne normale motivée par l’achat d’un tel véhicule. Pour autant, cela n’est pas impossible non plus — et vous pouvez garder espoir. Pour être revendue, votre voiture doit être considérée comme sûre à l’issue d’un contrôle technique inférieur à 6 mois lors de la négociation.

Le plus important est de signaler au potentiel acheteur si des accidents ont eu lieu à bord du véhicule, et de ne pas faire l’impasse sur les problèmes qui pourraient être jugés comme des vices cachés. Tout doit être précisé autant que faire se peut, car vous engagez votre responsabilité pénale au moment de signer le contrat de vente. La dangerosité du véhicule doit donc être évaluée à sa juste valeur avant de vouloir se débarrasser de celui-ci.

S’adresser à des professionnels

Au cas où il n’y aurait aucun doute sur le fait que votre voiture a rendu l’âme une bonne fois pour toutes, et qu’elle ne pourra pas résister à son prochain passage sur le bitume, vous aurez peut-être meilleur temps de vous en séparer sans chercher à en dégager la moindre plus-value. Des professionnels peuvent alors s’en charger, en l’occurrence les garagistes et les casse-autos. Ceux-ci rachètent les véhicules hors service, les détruisent et s’en servent comme stock de pièces détachées pour réparer les voitures confiées à leurs soins. En agissant de la sorte, on s’épargne ainsi les visites superflues et on gagne en sérénité.

Faire appel à son agent d’assurance

Ultime solution, contacter son assureur une fois que votre voiture ne saurait être réparée et ne pourra pas être immatriculée une fois de plus. Vous avez la possibilité de négocier avec lui une revente du véhicule, notamment si ce dernier a été gravement accidenté ou est économiquement impossible à remettre d’aplomb. C’est le cas lorsque le coût de la réparation dépasse la valeur vénale de la voiture (sa valeur sur le marché), auquel cas l’assurance vous indemnise sur celle-ci, ou sur la valeur stipulée par le contrat d’assurance.

Bonne chance pour la revente de votre voiture !