Comment réaliser son rêve de devenir pilote de Formule 1 ?

Vous avez toujours admiré les grands pilotes, comme Michael Schumacher, Lewis Hamilton ou Alain Prost ? Vous êtes passionnés par le monde des pilotes professionnels et des courses de voitures ? Alors pourquoi pas se lancer dans le grand bain, en devenant, à votre tour, pilote de Formule 1. La route est rude et très peu d’élus parviennent à vivre de cette profession, mais ce n’est pas impossible pour autant. On vous explique tout.

L’apprentissage de la conduite

S’inscrire au karting dès le plus jeune âge

Comme tous les métiers difficiles qui demandent un véritable savoir-faire et de la pratique, il est important de commencer à exercer le plus tôt possible. Il est possible d’apprendre à faire du karting dès l’âge de 7 ans, ce qui permet de développer tôt les réflexes liés à la conduite. Le fait de s’inscrire auprès d’un club de karting permet aussi d’être repéré par les entraîneurs, les sponsors et de se créer un carnet de contacts essentiel. A l’image des athlètes professionnels recrutés très tôt aux quatre coins du monde, les futurs pilotes sont souvent choisis par les équipes ou les constructeurs dès qu’ils sont mineurs durant les courses de compétition de karting.

Pour vous entraîner, il faudra adhérer à un club proche de chez vous afin d’obtenir une licence de karting. Celle-ci coûte environ 120 euros, pour une licence de compétition, il faudra prévoir 200 euros. Elles sont valables un an et doivent être renouvelées. Il est généralement conseillé d’acheter son propre kart, même si les clubs vous en propose à la location. Plus vous allez être expérimenté et plus vous allez devoir investir dans des véhicules performants. Si vous souhaitez faire quelques économies, commencez déjà par conduire des karts d’occasions, ils sont beaucoup moins chers que les neufs.

Si tout se passe bien, après vous être entraîné durement, vous pourrez participer à vos premières courses, grâce à votre club. Il est ensuite important d’accéder aux épreuves régionales, nationales et finalement européennes en ayant de bons résultats.

Passer du karting au rallye

Les mineurs peuvent avoir la possibilité de conduire sur des circuits, dès l’âge de 16 ans, à condition d’obtenir une autorisation parentale. Pour passer ensuite au rallye, dès 18 ans, il faut obtenir son permis de conduire basique, mais pas seulement ! Vous devrez passer des épreuves sur route afin d’obtenir une licence de la Fédération française du sport automobile (FFSA). Avant de réussir à les passer avec succès, il faut suivre la formation de la FFSA. Cette école, destinée aux futurs pilotes, coûte très cher : 100 000 euros pour une année. Cependant, si après cette année de formation, vous ressortez vainqueur des épreuves, vous obtenez une bourse de financement pour l’année suivante.

Il est aussi possible de viser votre rêve avec la GT Academy. Elle demande 1 à 2 ans de votre temps d’apprentissage et cette période ne coûtera pas moins de 2 millions d’euros. L’école est accessible suite à un concours où les participants doivent s’affronter à travers le jeu-vidéo Grand Turismo. Seuls les meilleurs gagnent leur place sur le circuit et obtiennent la chance de passer du virtuel au réel. Vous l’aurez compris, la passion pour la course automobile demande un investissement financier important.

Enfin pour arriver au sommet et participer à des courses de plus de 300km/h, il faudra obtenir une licence particulière, nommée la « Super Licence ». Le permis de conduire n’est pas suffisant pour devenir pilote de Formule 1.

Obtenir la « Super Licence »

Pour obtenir le précieux sésame, la licence de Formule 1, il faudra être patient mais surtout avoir un véritable talent. Dans la logique des choses, il faudra d’abord devenir un champion en Formule 2. Il faut obtenir 40 points minimum sur 3 ans en devenant le vainqueur de compétitions importantes : FIA F2, IndyCar, FIA F3 Europe, FIA Formule E, FIA WEC-LMP1, FIA WEC-LMP2, GP3 Series, Formule V8 3.5, Super Formula, FIA WTC, DTM, Super GT, NASCAR Cup, Indy Light, etc. Vous pouvez obtenir plusieurs points dès l’âge de 16 ans, même si la licence n’est octroyée qu’à partir de 18 ans. Prenez note cependant que, depuis 2016, il faut avoir obligatoirement participé au moins à deux saisons en monoplace pour obtenir la licence.

Pour bien comprendre le système de points, il faut savoir que le nombre attribué lors des courses dépend de la catégorie dans laquelle vous courez et de votre position. Par exemple, lorsqu’on concoure en F2, les trois premiers reçoivent 40 points, le 4ème reçoit 30 points, le 5ème 20 points et le 6ème 10 points. Après cette position, les participants n’obtiennent aucun point.

Le nouveau barème mis en place depuis 2018 se constitue ainsi de cette manière :

  • FIA F2: 40, 40, 40, 30, 20, 10, 8, 6, 4, 3
  • GP2 Series (2015 et 2016): 40, 40, 30, 20, 10, 8, 6, 4, 3, 2
  • Indy Car: 40, 30, 20, 10, 8, 6, 4, 3, 2, 1
  • FIA F3 Europe: 30, 25, 20, 10, 8, 6, 4, 3, 2, 1
  • FIA Formule E: 30, 25, 20, 10, 8, 6, 4, 3, 2, 1
  • FIA WEC-LMP1: 30, 24, 20, 10, 8, 6, 4, 3, 2, 1
  • GP3 Series: 30 25, 20, 15, 10, 7, 5, 3, 2, 1, 0
  • Formule V8 3.5: 20, 15, 10, 8, 6, 4, 3, 2, 1, 0
  • Super Formula: 20, 15, 10, 8, 6, 4, 3, 2, 1, 0
  • FIA WEC-LMP2: 20, 16, 12, 10, 8, 6, 4, 2, 0, 0
  • FIA WTC: C, 15, 12, 10, 7, 5, 3, 2, 1, 0, 0
  • DTM: 15, 12, 10, 7, 5, 3, 2, 1, 0, 0
  • Super GT: 15, 12, 10, 7, 5, 3, 2, 1, 0, 0
  • NASCAR Cup: 15, 12, 10, 7, 5, 3, 2, 1, 0, 0
  • Indy Light: 15, 12, 10, 7, 5, 3, 2, 1, 0, 0
  • International V8 Supercars: 13, 11, 9, 6, 4, 3, 2, 1, 0, 0
  • IMSA Prototype: 12, 10, 8, 6, 4, 2, 0, 0, 0, 0
  • FIA Formule 4: 12, 10, 7, 5, 3, 2, 1, 0, 0, 0
  • F3 nationale: 10, 7, 5, 3, 1, 0, 0, 0, 0, 0
  • Formule Renault (EuroCup, ALPS ou NEC): 10, 7, 5, 3, 1, 0, 0, 0, 0, 0
  • Formule Mazda: 10, 7, 5, 3, 1, 0, 0, 0, 0, 0
  • NASCAR Nationale: 10, 7, 5, 3, 1, 0, 0, 0, 0, 0
  • Asian/ELMS Prototype: 10, 8, 6, 4, 2, 0, 0, 0, 0, 0
  • FIA WEC-LMGTE Pro: 10, 8, 6, 4, 2, 0, 0, 0, 0, 0
  • FIA WEC-LMGTE Am: 10, 8, 6, 4, 2, 0, 0, 0, 0, 0
  • IMSA GTLM: 10, 8, 6, 4, 2, 0, 0, 0, 0, 0
  • GT3 international: 6, 4, 2, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0
  • Formula Academy (FFSA): 5, 4, 3, 2, 1, 0, 0, 0, 0, 0
  • CIK-FIA Championnats du monde Senior: 4, 3, 2, 1, 0, 0, 0, 0, 0, 0
  • CIK-FIA Championnats continentaux Senior: 3, 2, 1, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0
  • CIK-FIA Championnats du monde Junior: 3, 2, 1, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0
  • CIK-FIA Championnats continentaux Junior: 2, 1, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0, 0

Avoir vos points ne suffit pas. Il faut aussi que vous comptabilisiez 300 heures au total de conduite sur une Formule 1. C’est une tâche qui se réalise sur le long terme en faisant des essais pour des constructeurs et en vous entraînant.

Développer sa notoriété

Maintenant que vous avez votre Super Licence en poche, il va falloir trouver des sponsors. Ce n’est pas une étape facile ! Pour développer votre expérience, vous avez compté sur vos capacités techniques. Il va désormais falloir s’intéresser à vos capacités sociales. Si vous souhaitez obtenir un bon soutien financier, pour vivre de votre métier ou lancer votre carrière, vous devrez faire preuve de charisme et de séduction.

Commencez tout d’abord par rejoindre une équipe, en acceptant les contrats que l’on vous propose ! En effet, si vous sortez vainqueur de plusieurs courses, des écuries vont se rapprocher de vous. Ainsi, une fois l’accord passé, vous obtiendrez une voiture de marque et vos frais seront couverts. Les pilotes ont généralement des contrats d’un an avec leurs sponsors.

Vous devez aussi vous doter de sponsors personnels, qui vous soutiennent vous particulièrement, et pas votre équipe dans sa globalité. Devenir et rester pilote de F1 coûte très cher car de nombreux frais sont liés à la pratique de ce sport. Faire très attention à votre image et obtenir le soutien du public est la meilleure façon d’obtenir des sponsors. Sans eux, vous devrez, par exemple, payer dans certains cas pour conduire. En effet, dans certaines courses, c’est vous qui devez payer l’écurie pour piloter une voiture. Il vaut donc mieux que ce financement vienne de sponsors plutôt que de vos propres économies !

Enfin, n’oubliez pas une chose importante : même si la sécurité des pilotes est mise en place de la manière la plus efficace possible, il faut être conscient que la pratique de ce sport peut emmener à avoir des blessures graves, voir à être tué, lors d’un accident sur une course.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *